NEWS

21 juin 2021

Corto Maltese Oceano Nero

Océan noir, le retour de Corto Maltese, réinterprété par Bastien Vivès et Martin Quenehen

Bastien Vivès et Martin Quenehen réinterprètent le mythe créé par Hugo Pratt dans « Océan noir », à paraître chez Casterman le 1er septembre 2021.

– À Suivre…

En bon « gentilhomme de fortune », Corto Maltese n’a pas fini de nous surprendre. Le marin à la gueule d’ange se prépare à vivre de nouvelles aventures tout à fait inattendues dans un album signé de Bastien Vivès et du scénariste Martin Quenehen. Le plus célèbre et sexy des marins de la BD reprendra la mer le 1er septembre, dans une aventure inédite proposée par l’un des auteurs les plus doués de sa génération, Bastien Vivès. Voici la première image de Océan noir, cette réinterprétation pleine de promesses. (Le Parisien)

Corto Maltese Oceano Nero

 

 

les auteurs

 

BASTIEN VIVÈS est né le 11 février 1984. Cherchant sans cesse la compagnie des autres dessinateurs, il se forme à l’École Supérieure d’Arts Graphiques Penninghen puis aux Gobelins. Parti pour travailler dans le dessin d’animation, il découvre qu’il veut raconter des histoires.
Sa carrière d’auteur de bande dessinée débute véritablement en 2007, lorsqu’il publie Elle(s) chez Casterman. L’année suivante, il publie Le Goût du chlore, qui lui vaut un premier succès public et le prix Révélation au festival d’Angoulême. Viennent ensuite Dans mes yeux et Amitiés étroites, une collaboration avec Thomas Cadène sur la série Les Autres gens, puis le triptyque Pour L’Empire, avec Merwan Chabane, dans la collection « Poisson Pilote ».
En 2011, il publie Polina, qui le fait définitivement connaître du grand public et qui obtient le Grand Prix de la Critique, puis sera adapté au cinéma par Angelin Preljocaj. Quelques mois après, pour l’éditeur Les Requins Marteaux, il conçoit l’étonnant Les Melons de la colère, puis en 2018 La Décharge mentale : « Je suis autant attaché à Bambi qu’à Russ Meyer » commentera-t-il.
De 2013 à 2019, il produit de manière stakhanoviste avec ses comparses et amis Balak et Michaël Sanlaville, la série Last- man. Également primé à Angoulême, ce « manga français » connaît aujourd’hui une déclinaison en jeu vidéo et en série animée sur France 4 et Netflix.
Au printemps 2017 paraît Une sœur, qui connaît un succès immédiat tout comme Le Chemisier, publié en septembre 2018.

MARTIN QUENEHEN est né le 8 mai 1978. Il grandit dans la campagne normande, du côté de chez Marcel Duchamp et Madame Bovary. Au collège, il lit Sade, James Hadley Chase et Martin Veyron, et crée un fanzine où paraissent ses premiers polars.
À 18 ans, il monte à Paris faire une prépa littéraire puis la fac d’histoire. Ses recherches universitaires portent alors sur les cités HLM, où il réalise ses premiers reportages radio. Il enseigne ensuite plusieurs années dans les quartiers nord de Meulun, une expérience qui lui inspire le roman Jours tranquilles d’un prof de banlieue (Grasset, 2011).
Entré à France Culture en produisant des documentaires sur l’armée, Mahomet et des poètes morts, il crée ensuite des émissions buissonnières (Sur la route) et rebondissantes (Ping Pong) et traîne avec des flics, des étudiants, des dominatrices et des philosophes…
Après une série sur Jeanne d’Arc, au cours de laquelle Bastien Vivès et lui se rencontrent à nouveau, ils boivent un Perrier et entament l’écriture de Quatorze juillet. S’en suivent des séances de travail à la Pagnol, à la terrasse des cafés, et façon Matrix, par Dropbox interposée.
Pendant l’élaboration de leur roman graphique, Martin réalise le documentaire Sur la trace des faussaires, diffusé à la télévision, et se lance dans le podcast Les Enquêtes du Louvre, qui sera diffusé au printemps 2020.

 

 

SHARE

Back to news